Página inicial

 
 =>   Vivre la Musique - El Dia
 =>   Une "semence" - Sinfonica
 =>   L'École de Musique

La Quinta del Arte

 
La Quinta del ArteDepuis plus d'un demi-siècle La Quinta del Arte a ouvert ses salles et ses jardins pour accueillir des artistes de renom, nationaux ou étrangers, en organisant récitals de piano, concerts de musique de chambre, séminaires et cours.

Ainsi, de grands pianistes comme J. Turchinsky, Jorge Demus, le compositeur et chef d'orchestre madrilène Enrique Casal Chapi, le baryton français Gérard Souzay, les sopranes Ninon Vallin et Raquel Adonaylo, le compositeur et pianiste Héctor Tosar, les pianistes Renée Bonnet, Renée Piatrefesa Bonnet, Luis Batlle Ibáñez et bien d'autres ont offert des prestations inoubliables, avec grand succès auprès de la critique et du public.

De même, au long de toute sa riche histoire musicale, cette maison a reçu et a permis de faire connaître publiquement des générations de jeunes talents de la musique uruguayenne. En 1964, a eu lieu dans ce prestigieux “Temple de la Musique” comme l'a baptisé la critique musicale, le Premier festival de musique de chambre en plein air de Montevideo, à l'occasion duquel furent invités tous les solistes, ensembles instrumentaux et chanteurs uruguayens du moment, et a été créé l'orchestre de chambre “Ars Musicae” dont le rôle est très reconnu dans le milieu.

Depuis lors et jusqu'à présent,  se sont succédés concerts, conférences, spectacles d'intégration de différents espresiones artistiques, rencontres de créateurs, présentation d'instruments et premières d'œuvres de compositeurs nationaux ou étrangers contemporains.

Plusieurs fois, le programme “Atelier de la Musique” sur Canal 5, dirigé par Renée Pietrafesa a été filmé dans l'une des salles de la Télévision Nationale SODRE.

Depuis 2007, des Concerts didactiques sponsorisés par le MEC sont régulièrement réalisés avec la participation de l'Orchestre Ars Musicæ.
 
Jardines de la Quinta del Arte    Quinta del Arte, Lado Jardín


 

ArribaRepris et traduit d'EL DIA (10 décembre 1988):
 

PAGE 14 - EL DIA

ARTS - SPECTACLES

Vivre la Musique

Montevideo, samedi 10 décembre 1988

Sans aucun doute
une maison qui a une âme,
celle des Pietrafesa, sera
la scène du concert de
demain, dimanche, dans une proposition de musique
en plein air
     La Quinta del Arte
Renée Pietrafesa une des
personalités les plus
originales y dynamiques de
notre monde musical, au
hall-balcon de "La
Quinta" au Prado.
 
La maison a conservé le solide enchantement de l'époque de sa construction. 1890, Montevideo fin de siècle. Entourée - protégée - par un parc d'arbres très anciens dont les verdures resplendissent au soleil et se parfument de magnolias et lauriers rose pendant la nuit, anticipant les couleurs et fragences qui font le climat estival du Prado.

Nostalgie et sérénité dans "La Quinta" des Pietrafesa. Mais aussi une vibration spirituelle inimitable apportée par l'infatigable amour à la musique, qui coule, décanté par les années jusqu'à cet aujourd'hui, dynamisé par Renée Pietrafesa.

Responsable joyeuse d'une tradition artistique peu courante dans notre milieu, pianiste, compositrice, chef d'orchestre, pédagogue, cette Uruguayenne qui triompherait sous toutes les latitudes de ce monde, a choisi son pays pour réaliser une tâche remarquable de diffusion et d'enseignement. Qui le réussit avec un style ouvert peu répandu, et surtout en faisant comprendre que la musique, plus que n'importe quelle autre discipline créatrice, est le langage du comunication par excellence.

Une maison pour l'art

Visiter "La Quinta" c'est recueillir des souvenirs et des réalités, percevoir des présences et des émotions, celles qui laissent des traces sensibles sur les objets et les personnes. C'est parcourir la saga qu'ont lancé à Montevideo Paul Pouyane et son épouse Marie Horeau à leur arrivée des Basses-Pyrénées à cet rive du Río de la Plata. Il a lui-même dessiné et dirigé la construction de sa résidence où habitetont plus tard des personnalités comme Kolischer, Casal Chapi, Tosar Errecart, Raquel Adonaylo, invités par la grande maestra que fut Renée Bonnet de Pietrafesa. Cette créatrice d'une méthode innovatrice de piano, basée sur une technique de relaxation musculaire, réussissant à faire une plus belle musique avec un moindre effort pour l'interprète.

"Les samedis, à la fin des classes, commençait le concert. Les pianistes se succédaient face au clavier pour jouer à quatre mains ; je me souviens de Casal Chapi infatigable dans les basses. On continuait à faire de la musique sans pause, le samedi et tout le dimanche". Le maître de maison, le Dr. Juan Carlos Pietrafesa un musicien de plus dans le groupe puisqu'il était capable d'interpréter, à l'oreille, les symphonies de Beethoven, transcrites pour piano.

    
"Qu'est-ce qui s'est passé dans ce salon - se demandait récemment un artiste français assis au piano - que la musique me vienne ainsi d'elle-même" ?

L'harmonie répandue lors de ces veillées perdure au rez-de-chaussée de "La Quinta" où le piano droit de Marie Horeau défie le temps avec la même force que les pins qui ombragent l'entrée de la résidence.

Nous montons au premier étage ; là, le studio de Renée Pietrafesa où son synthétiseur accélère vertigineusement le temps, nous installe dans la contemporanéité : à côté la chambre à coucher d'Alberto Pouyanne, ce romantique cultivateur de roses, excellent pianiste que son séjour à Paris a marqué pour le ballet. De retour à l'escalier en colimaçon et nous arrivons dans l'ample "mansarde" entièrement faite de bois, ce "bateau" où flottèrent les rêves des enfants de la famille. Fenêtres et balcons s'ouvrent à la fraîcheur ancestrale du Prado ; par un "œil-de-bœuf" on peut distinguer le profil gothique de l'église des Carmélites qui a anticipé chez Renée Pietrafesa les éblouissements postérieurs face aux cathédrales de France.  

Musique et nature

Une parfaite conjonction. Harmonieuse et vitale. C'est celle qui s'offrira, demain dimanche, lors du concert en plein air ouvert au public par lequel Ars Musicæ termine l'année avec ses amis. Pour ses amis avec qui il fêtera ses 24 ans d'activité.

À partir de 18 h 30, dans les jardins de l'École de musique Renée Bonnet. Suárez 3103, on pourra apprécier tout un programme dont "La création du monde" de Milhaud, des œuvres de Vivaldi et de Stravinksy et des thèmes de jazz par le Cuarteto de Saxofones. Sous la direction de Renée Pietrafesa, joueront, les solistes Edgardo d'Andrea, Elvira Casanova, Luisa Masci, Gisella Hernández, Manuel Sanguinetti et Alicia Pietrafesa.
 

Ce sera aussi l'opportunité du lancement d'une proposition très intéressante de participation musicale : La création de l'Association des Amis d'Ars Musicæ, dont les membres bénéficieront d'un concert mensuel ainsi que de tout le travail didactique que représente d'assister aux répétitions en famille, intervenir sur la programmation, connaître les interprètes, vivre la musique.


 

ArribaRepris et traduit de la Revue SINFÓNICA (noviembre de 2009):

APPRÉCIABLE APPUI DU MINISTÈRE DE L'ÉDUCATION ET DE LA
CULTURE EN DIRECTION DES GÉNÉRATIONS FUTURES
Une "petite graine" musicale 
qui grandit à "la Quinta"

SINFÓNICA - 13
Renée Pietrafesa Bonnet lors d'un de ses concerts avec "Ars Musicae"
La vocation enseignante et la capacité de contact et de communication avec le public de Renée Pietrafesa Bonnet est perceptible à chaque instant. Et cela sous une forme totalement naturelle, sans protocole ni repli, engendrant ainsi une belle "alchimie" avec les jeunes, tout en contribuant en même temps à leur formation musicale.

À la fin de la soirée, elle nous a raconté quelques anecdotes à ce sujet. Avant l'un des concerts, par exemple, elle avait demandéaux enfants d'une école quelle musique ils écoutaient, et la réponse presque unanime avait été la cumbia. Une fois  celui-ci fini, Renée a vérifié l'intense plaisir que ces enfants avaient ressenti en écoutant (et peut-être "découvrant") Mozart et Vivaldi.

Bien des gens s'essaient à l'organisation de concerts didactiques, mais tous n'ont pas le talent d'atteindre l'objectif cherché. Il ne suffit pas seulement d'avoir la volonté de faire, il est nécessaire de réunir des conditions bien déterminées. Et dans le cas de Renée, notre réputée interprète, compositrice et enseignante musicale a prouvé au long des années, par sa consécration à ce travail, sa vocation et sa capacité d'élever et de former les jeunes des générations.

Depuis ces pages nous encourageons à poursuivre cette entreprise que Renée Pietrafesa Bonnet promeut depuis sa "Quinta del Arte". Et, nien sûr, la reconnaissance du Ministère d'l'éducation et de la culture pour appuyer ce type de propositions, si importantes et nécessaires pour notre société.

Diego Barreiro

Dans le magnifique environnement de la "Quinta del Arte" de l'Avenue Suárez au Prado, le 11 novembre dernier nous avons assisté à un concert de l'orchestre de chambre Ars Musicae que dirige Renée Pietrafesa Bonnet. Ce spectacle a été réalisé dans le cadre d'un cycle de concerts dudit Ensemble réalisé avec l'appui du Ministère de l'éducation et de culture.

Ce fut, encore une fois, l'occasion de vérifier l'excellent travail que notre chère Reni accomplit depuis tant d'années avec son Ars Musicae, qui non seulement se traduit au niveau musical, mais aussi dans son 'aspect didactique auprès de la jeunesse.

De fait, ce cycle repose sur la présence d'écoliers, de lycéens et de jeunes en général, en ce qui constitue un travail culturel très important et en même temps nécessaire, qui est fondamental sans doute pour l'éducation des générations futures.

Ce cycle repose sur une programmation au long de l'année et, pour ce concert du 11 novembre, intègre des oeuvres de Joaquín Rodrigo (l'Aria pour flûte et cordes ; soliste : Margarita González), Haendel (l'Aria de Cleopatra de Julio César, pour soprano et cordes ; soliste : Eiko Senda), Renée Pietrafesa Bonnet (Réflexions et Danses, pour flûte, trompette, percussions et cordes ; soliste : Juan Cannavó), Piazzolla (Libertango, arrengement : Juan Rodríguez) et Anderson (Jazz Pizzicato).


ArribaLa Quinta del Arte - École de Musique

 
La Quinta del Arte - École de Musique